Robert Sexé reporter motocycliste photographe

Robert Sexé reporter motocycliste photographe
English Deutch
<Robert Sexé dessin de J.Pruvost-droits réservés
biographie

Texte original en Français

tour du monde 1926 Naissance le 17 novembre 1890 à La Roche-sur-Yon en Vendée, orphelin très jeune, Marcel Sexé (frère de son père) deviendra son tuteur.

1897 : Entre au collège des jésuites de Saint-Joseph. Bachelier en lettres en 1907. Part pour la London School Economics.

1912 : Robert passe son permis en Angleterre puis achète sa première moto, une Rudge. La même année, Robert est journaliste au quotidien « The Daily Citizen » puis correspondant de guerre, envoyé spécial à la guerre des Balkans (Bulgarie-Turquie), effectue, en qualité de passager, un des premiers vols à utilisation militaire sur un avion Deperdussin, le dessinateur correspondant de la célèbre revue anglaise « Sphère » en fera le croquis en 1913.

1914 : Dispute le circuit de Fontainebleau, et le circuit du sud-ouest qui se court à Bordeaux, où il termine 3e en « 500 », et est correspondant de la revue anglaise « Motor Cycling ». C'est aussi l'année de ce qu'on appellera « la grande guerre », l'écrivain Eugène Montfort veut le persuader d'être correspondant de guerre. Robert Sexé, lui, préfère s'engager comme motocycliste.

1918 : fin de la guerre, Robert Sexé est alors stationné, comme interprète en Allemagne à Neustdast dans le Palatinat. Il y rencontrera Rosy qui deviendra Mme Sexé, en parallèle il commerce dans les motos des stocks de guerre américains et anglais.

Coureur officiel chez Soyer-Clapson sur une moto construite par son ami l'ingénieur anglais Clapson, il participe aux Six Jours disputés en France. Robert Sexé est alors reporter à Moto-Revue ainsi qu'un certain Lipmann qui deviendra le célèbre « Lip » des montres du même nom, mais il y a aussi «Neimann » l'homme des antivols de voiture. Participe aux grandes courses d'endurance d'alors, Paris-les-Pyrénées-Paris, circuit des Vosges, Paris-Nice, où il se classe aux places d'honneur ou sur la plus haute marche, remportant la médaille d'or.

Départ Paris-Constantinople-1924

1924 : Robert Sexé veut changer d'horizon et prépare donc un raid Paris-Constantinople-Paris ; il s'adjoint deux coéquipiers : Krebs et Dumoulin. Les motos sont fournis par la firme belge « Gillet-Herstal ». La presse reconnaît là l'exploit et relate abondamment ce succès.

1925 : la même équipe avec des motos de la même marque est reconduite, cette foi-ci pour un Paris-Moscou avec participation à la difficile épreuve qu'est « Le circuit des Soviets Le succès sera rendez-vous et la firme Gillet-Herstal, de ce fait, vendra des motos aux Soviets. Sexé effectuera quatre voyages en URSS en 1925, 1926, 1929, 1932. Il y rencontrera et deviendra ami avec un fervent motocycliste l'ingénieur Mikouline qui sera le créateur des fameux avions Mig.

Début juillet 1926 : Les deux hommes et les motos prennent la route sous les yeux du public et de la presse pour, ni plus ni moins, qu'un tour du Monde en motos Gillet-herstal, accompagné d'André Andrieux, un solide gaillard alors mécanicien à la firme Gillet, comme co-équipier.

Article-Le Petit Parisien du 14 Juin 1926

Jusqu'en 1931: Robert Sexé reste fidèle à Gillet-Herstal et avec différents modèles, il va parcourir l'Europe lors de nombreux raids, le tour d'Europe, l'Océan Glacial... ses exploits sont publiés dans maints journaux européens et il fait souvent la couverture de Moto Revue.

Crise des années 30 : La Gillet se voit dans l'obligation de se passer des services de Robert, toutefois, sa renommée est déjà bien établie et Peugeot va l'accueillir. Participe, comme coéquipier, au rallye automobile de Monte-Carlo avec Sénéchal qui pilote une Delage.

Chez Peugeot, il va encore tenir le haut de l'affiche effectuant raids sur raids : 26 000 km en Europe et Afrique, 15 000 km en vélomoteur à travers l'Europe, tour de France en vélomoteur... Moto Revue va éditer un numéro spécial offert par la maison Peugeot suite à son tour d'Europe, textes et photos de Robert Sexé. En ces années de motorisation des armées, Robert Sexé va être en relation avec le général Camon, fervent défenseur de la motorisation à une époque où la cavalerie occupe une grande place. Sexé publie de nombreux textes sur les épreuves militaires et des articles techniques sur ce sujet. Chez Peugeot, il essaie un modèle adapté pour l'armée.

à Mandeure (Doubs), au départ d'Alep - Syrie - 1937 Bad Durkheim (Allemagne), 1937

1939 : Robert se retrouve, lors d'un de ses voyages en partance pour les Indes, au Liban, les événements font que le voici incorporé aux services armés. Il y pilote alors une Peugeot équipant l'armée française et aussi les grosses américaines « Indian ».

Après la guerre : le monde a totalement changé, la France est à un tournant de civilisation, les industries en général et la moto en particulier subissent des mutations ou disparaissent.

Cet intermède voit-il Robert Sexé s'arrêter ? Non, le voici dès les années 50 pilotant ses motos d'antan à travers l'Europe et participant avec succès aux rencontres de motos anciennes. Il existe un grand rallye hivernal qui se dispute en Allemagne « Les Éléphants » (video INA) et bien sûr on y rencontre régulièrement Robert Sexé... qui y tient la vedette. En 1961 Moto Revue parle de « la rencontre des Éléphants » marquée l'année dernière, par la venue du vétéran Robert Sexé. On peut dire «marquée», car son nom est revenu plusieurs fois dans les conversations que nous avons eues avec des Allemands, Belges, Suisses, et on sentait combien leur a été sympathique le déplacement de ce fervent de la moto. En 1972, il est toujours, à 82 ans, au rendez-vous sur le circuit.

Robert Sexé - 1969 Robert Sexé

A 84 ans, Robert Sexé pratiquait toujours la moto et nombre de Poitevins ont eu loisir de le voir sillonner Poitiers et sa région vêtu de sa légendaire veste de cuir. Il a quitté notre monde en 1986 ayant marqué de son nom à tout jamais l'histoire de la moto.

france 1937